fbpx

Trois signes de dépendance affective (et comment s’en débarrasser)

avril 26

 avril 26

par PVQZ

Les signes de dépendances affectives qui détruisent toute une vie

Une vie amoureuse affective peut être ratée tout simplement parce que tu entretiendrais des signes de dépendances affectives.

Je t’imagine ainsi dans deux situations.

La première situation :

Tu es en couple. Et tu mises toute ta vie sur le couple. Tu comptes sur ton amoureux(se) pour te remplir et te donner tout l’amour et le bonheur qui te manque tant.

Tu es toujours dans l’attente de l’autre et dans l’espoir que l’autre sera enfin comme tu le souhaites.

La deuxième situation :

Tu n’arrives pas à te détacher d’une personne avec qui tu t’es séparé. Ta vie devient un enfer, car tu ne conçois pas ta vie sans la personne dont tu es séparé.

Il y a un grand vide en toi. Soit tu n’arrives pas à t’en remettre et tu ne trouveras plus jamais quelqu’un à la hauteur de ton ex…

Soit tu dois absolument remplacer ton ex par quelqu’un d’autre qui viendra te remplir à la hauteur de tes attentes.

Il peut y avoir d’autres situations tout aussi catastrophiques qui te rendent esclave des autres et de la vie en général.

Tu te trouves alors à genou, sous influence, prêt à faire n’importe quoi pour être aimé. Tu perds le sens de la mesure, le sens de ce qui est important pour toi.

Cette dépendance est comme une drogue. Tu voudrais t’en débarrasser mais tu y es accroc. Parfois même dans le déni.

Et plus tu te laisseras glisser dans cette dépendance, plus tu passeras à côté de vie. La sacrifiant pour plaire aux autres.

Les voies d’épanouissements seront rares. Et les descentes après ces moments de plus en plus terribles si tu continues à aimer et entretenir la dépendance affective.

Mais pas de panique, nous allons voir tout cela en détail. Et je vais t’expliquer comment te débarrasser des trois principaux signes de dépendance affective.

Les signes de dépendance affective sont un fléau dans la vie d’un être humain

Quels sont les signes de dépendance affective ?

Selon moi, il y en a trois que je vais vous décrire dans cet article. Nous prendrons aussi l’exemple de Anne et Fabrice. Avec eux nous verrons comment nous débarrasser efficacement de la dépendance affective et de la souffrance du « manque ».

Les signes de dépendances affectives sont un véritable fléau dans la vie amoureuse de notre société moderne.

J’en ai moi-même souffert assez longtemps. Et cela jusqu’à ce que je prenne le taureau par les cornes.

Seulement voilà. Ce n’est pas facile de se libérer des signes de dépendance affective.

Car cette dépendance est double, voir triple.

Les signes de dépendance affective sont doubles voir triples.

1er signe de dépendance affective – Tu es dépendant affectif d’une personne.

Un homme ou une femme dont tu ne peux vivre sans. La plupart du temps, c’est une dépendance à la fois morale et physique.

2e signe de dépendance affective – Tu es dépendant « d’avoir besoin d’une personne »

C’est-à-dire que, même si tu viens de te faire larguer, tu ne peux pas rester seul. Le sentiment d’abandon est très fort. Et tu dois absolument retrouver la personne qui vient de te quitter.

Tu peux d’ailleurs lire  qui te propose 5 étapes pour te libérer du sentiment d’abandon.

Mais quand c’est impossible, le manque est immense et tu as besoin de combler ce manque.

Tu ne peux pas le combler seul. Il te faut quelqu’un d’autre pour le faire.

Le signe de dépendance affective le plus pervers

3e signe de dépendance affective – Tu es dépendant de la dépendance affective elle-même.

C’est un point qui est peu soulevé. C’est un point subtil.

Le dépendant affectif aime cette dépendance. Même si cela le fait souffrir. Il aime être comblé par quelqu’un d’autre. Il aime qu’on le remplisse.

Il aime l’idée de la fusion avec un être aimé. De s’abandonner corps et âme avec quelqu’un d’autre.

Il aime l’idée qu’il va trouver le bonheur grâce à un amour digne des contes de fées ou des films à l’eau de rose.

C’est un peu comme aimer d’avoir de l’exéma pour avoir le plaisir de se gratter. Bon, OK, la comparaison est peut-être un peu fumeuse.

Mais bon, tu vois ce que je veux dire.

Si tu es dans un de ces trois cas (ou dans les trois) de signes de dépendance affective, tu es « dépendant affectif ».

Si tu as toujours l’impression qu’il te faut quelqu’un d’autre pour être entier et heureux, alors, tu es « dépendant affectif ».

Autant te le dire tout de suite, les contes de fées n’existent pas dans la réalité.

Vouloir continuer de croire à tout cela est un chemin qui te mènera à ta perte.

En revanche…

Le bonheur et la liberté existent.

Être libre de la dépendance affective, c’est goutter au véritable amour de soi et des autres.

Un amour qui n’est plus à quémander.

Un amour qui n’est plus « intéressé ».

Un amour qui est gouté pour ce qu’il est : « de l’amour ».

Et pas un substitut à un manque.

Le problème, c’est que les gens ont souvent peur de cette liberté.

Ils pensent que s’ils n’ont plus d’attaches, de liens, de chaines, donc de dépendance…

Ils pensent qu’ils n’auront plus accès à l’amour. Qu’ils n’auront plus les émotions et la force de l’amour.

Ils imaginent qu’en se délivrant ils ne goûteront plus aux joies d’aimer et d’être aimé.

D’autres pensent que c’est la porte ouverte à tous les abus.

Que s’il n’y a pas de lien, il y a un risque énorme que les couples ne tiennent pas.

TOUT CELA EST FAUX.

Signes de dépendance affective et peur de la liberté

C’est ton mental qui te joue des tours, car il a peur que tu deviennes libre. Car être libre, c’est aussi être libre de son mental.

C’est tout le contraire.

Quand tu n’es plus dépendant affectif, tu te libères de tout. Tu te libères de la souffrance.

Tu te libères de la peur : tu n’as plus besoin de jouer un rôle pour être sûr que l’autre ne te quitte pas.

Tu es toi-même. Tu te libères de la jalousie.

Tu te libères de la crainte d’être quitté.

Et d’ailleurs le risque d’être quitté est bien moindre puisque tu n’es plus en train de bassiner ton ou ta conjoint(e) en lui demandant de combler tes manques.

Tu aimes « pour l’autre » et pas « pour toi », pas pour que l’autre te remplisse le vide qui est en toi.

Tu es aussi aimé pour ce que tu es. Et pas pour que toi aussi tu combles chez l’autre un manque que tu ne pourras jamais remplir.

Ce qui vous rendra malheureux tous les deux.

Bref…

Vaincre les signes de dépendance affective est le moyen de :

  • Soit de relancer une relation qui s’est arrêtée à cause de cette dépendance…
  • Soit de ne pas faire les mêmes erreurs avec ta prochaine relation amoureuse si tu es célibataire.

Se libérer des signes de dépendance affective va aussi te permettre d’avoir moins peur de te remettre en couple et de partir sur de bonne base.

Anne et Fabrice : Manque et signes de dépendance affective

Anne et Fabrice ne se connaissent pas, mais ils m’ont écrit chacun un e-mail.

Ils m’ont tous les deux posé des questions que l’on peut assembler ici. Il me parle de « manque » et de « dépendance affective ».

Voici un petit mix de mes réponses.

Le manque n’est pas de l’amour, c’est du manque.

Et le manque de l’autre n’existe pas. C’est toujours un manque de soi.

Ouvre-toi à cette idée et ça va peut-être débloquer des choses en toi. On peut comprendre intellectuellement l’amour.

Savoir qu’il est inconditionnel. Qu’on peut aimer sans être aimé. Et surtout aimer sans aucune condition.

Oui, on peut comprendre cela.

Mais le corps, souvent, ne suit pas.

Il a d’autres mémoires. Et tant que ces mémoires d’une « autre idée de l’amour » sont là, cela crée de la souffrance.

Cela crée un conflit entre le corps et l’esprit.

La puissance libératrice du corps pour se libérer des signes de dépendance affective

C’est le corps qui dit la vérité.

Un bon moyen de libérer le corps et d’estomper et/ou dissoudre les signes de dépendance affective, c’est d’utiliser les affirmations positives.

Faire des affirmations positivesaide à construire l’esprit.

Et cela aide à y mettre de bonnes fondations. Petit à petit, cela va descendre dans le corps.

Mais il faut aussi penser à s’occuper de ce corps. Lui faciliter la tâche pour qu’il intègre l’esprit.

En fait, le problème la plupart du temps, dans nos sociétés modernes, c’est que le corps a la place de l’esprit.

En libérant le corps, on libère aussi l’esprit.

Prends soin de ton corps pour te libérer des signes de dépendance affective

Fais peut-être du sport.

Le yoga peut aussi être excellent pour défaire physiquement des nœuds qui t’empêchent d’avancer.

Mais n’oublie, pas, le manque est un manque de toi. En d’autres termes, les signes de dépendance affective sont l’expression d’un manque de toi.

Donc, en affirmation positive programme-toi des choses du style :

Je suis la complétude, je me sens complète, je suis remplie de joie, d’amour, je suis la paix, je suis l’amour.

Ce sont des exemples, il faut que tu trouves les bons mots pour toi.

Trouve la ou les phrases que tu aimerais t’entendre prononcer si tout était parfait.

Ce manque nous rend dépendants affectifs.

Le manque est le signe de la dépendance affective. Le manque EST de la dépendance affective. Pourtant, cela est très souvent (et trop souvent) vu comme de l’amour.

Nous avons tendance dans nos sociétés modernes à cultiver le manque dans le couple et dans nos relations avec nos enfants.

Des questions comme « est-ce que je t’ai manqué » ou « tu m’as manqué » rassurent les personnes qui les prononces. Mais aussi les personnes qui les reçoivent.

Cultiver le manque, c’est cultiver un des principaux signes destructeurs de la dépendance affective.

Un signe de dépendance affective que tu prends pour de l’amour, mais qui n’en est pas.

Pourquoi le signe du manque en amour n’est pas de l’amour ?

Parce que l’amour ne fait jamais souffrir. C’est le signe et l’expression du manque d’amour qui fait souffrir.

Rassure-toi, nous développons tous en nous ces signes de dépendance affective.

Maintenant, lorsqu’on se dit « dépendant affectif », on ne dit finalement pas grand-chose.

Il faut se poser quelques questions à ce sujet. Parce que cela va t’obliger à te positionner sur « quelle est ta souffrance » ?

Ou encore, te demander « qu’elle est le problème » ?

Tu peux décrire ta vie et me dire que tu es dépendant affectif pour telle ou telle raison. Mais après avoir décrit ta situation, il faut que tu parles du problème.

Ma question peut paraitre idiote, mais pourquoi est-ce un problème d’être dépendant de quelqu’un ?

Et tu pourrais pour commencer à te libérer un peu, te poser la question « et si tout cela n’était pas un problème ? »

Et si avoir des signes de dépendance affective n’était pas un problème ?

Le scénario, l’histoire, le pourquoi du comment n’est pas le problème.

Un scénario se vit bien ou mal.

Peut-être as-tu bien vécu un temps une situation pour ensuite moins bien la vivre.

Bref, pour répondre à la question des « signes de dépendance affective », Il faut que tu me parles de ta souffrance.

Quelle est cette souffrance ? Pourquoi est-ce un problème ?

Et il faut ensuite que tu te demandes où tu veux aller.

Décris le point A où « toi » tu es et demande-toi à quel point B tu souhaites arriver.

Savoir ce que l’on souhaite est important pour avancer.

Connaitre la destination est important pour programmer le GPS.

Ce GPS, je le programme tous les jours dans mes E-mails Quotidiens Privés. Ces e-mails sont envoyés gratuitement à tous mes abonnées le matin à 9 h.

Pour ne pas manquer l’e-mail de demain, inscrit toi maintenant ci-dessous.

Amicalement,
Laurent

Recevoir chaque matin les emails privés de Laurent Macha...

C’est plus de Paix, d’Amour, de Joie et de Liberté dans votre quotidien.

Prochain email, demain matin à 9 h 00

PARTAGER

Ceux qui ont lu cet article ont aussi aimé :

Vous pouvez laisser un commentaire :-)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Bonsoir

    J’ai beaucoup aimer et merci pour ses excellentes réflexions.

    Ma question serait ce:

    Comment faire pour s’en débarrasser d’un sentiment de culpabilité après une rupture amoureuse?

    1. Encore une fois, il faut conscientiser les choses. Qu’est-ce que concrètement pour toi un sentiment de culpabilité ? Ou cela se vit-il en toi ? De quoi souhaites-tu te débarrasser concrètement ? Pour cela il faut observer. Observer tes pensées, observer tes sensations dans le corps, observer tes attitudes. Quand tout cela est vu clairement, alors tu sais concrètement ce que tu ne veux plus vivre. Tu vois « ton ennemie », même si cela n’en est pas vraiment un. À toi alors de continuer d’observer ce qui se passe en toi et laisser tout cela allez jusqu’au bout sans y toucher. Sans vouloir toi-même changer les choses. C’est l’observation qui va dissoudre ce sentiment.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}